Commentaires:

Commentaire de: Jacqueline Chevallier [Membre]
*****

Quelle belle et bonne critique ! Je craignais d’être la seule à m’être contentée de sourire. Oui, bien sûr, c’était amusant, mais sans enjeu, sans engagement des comédiens, sans urgence. J’ai fini par trouver que c’était ennuyeux et je me suis endormie. De temps en temps, j’essayais d’ouvrir un œil et de me raccrocher au spectacle. Dans mon demi-sommeil, j’ai aperçu un ange, puis un curé en soutane. N’osant croire que j’étais au paradis, j’ai pensé que je rêvais. Je me suis réveillée tout à la fin et j’ai applaudi, car après tout, je n’avais pas passé une mauvaise soirée.

30.05.13 @ 15:41 Répondre à ce commentaire
Commentaire de: PAGE [Visiteur]  
*****

Je suis stupéfait de voir des critiques aussi réservées sur cette pièce qui, des cinq que j’ai vues cette année, m’a laissé le souvenir le plus fort (mais j’ai aussi trouvé excellentes “Zadig” et “Le baiser de la veuve").
C’est avec un vif plaisir de l’esprit que l’on se laisse entraîner par le dialogue entre les deux personnages, dialogue qui n’a rien de boulevardier mais nous entraîne au contraire, avec subtilité, d’un lieu insolite dans un autre, tout en surfant ça et là sur les croyances religieuses, le doute qui en résulte, l’angoisse existentielle de chacun (ou de chacune), les souvenirs du passé qui reviennent et un vague sentiment de culpabilité mais sans jamais désespérer, ni de soi-même, ni de l’homme en général, ni même de Dieu, même si l’on peut se demander, au fil du dialogue, si celui-ci n’est pas le Grand Absent d’une multinationale qu’il a fondée mais dont “ceux qui ont repris l’enseigne” ont quelque peu dégradé l’image (je précise que je me considère fort modestement comme l’un d’entre eux).
L’humour s’est même plaisamment prolongé au moment des applaudissements et j’ai bien aimé la remarque que l’on peut voir la vitalité d’une religion à sa capacité de rire d’elle-même.
Pourtant le titre ne m’avait guère attiré et j’ai dû faire un effort pour venir mais la lecture du proverbe correspondant, sur la feuille, avant le spectacle: “Quand les nuages se reflètent dans les eaux, il y a des poissons dans les arbres” m’avait déjà semblé prometteuse de sens et de poésie.

31.05.13 @ 12:35 Répondre à ce commentaire
Commentaire de: Marie Louise [Membre]

J’ai passé une très bonne soirée et n’ai pas boudé mon plaisir de rire. Les comédiens sont excellents, les jeux de langage jamais vulgaires. Cela commence comme un histoire assez banale dont nous imaginons vite le déroulement. Mais les surprises viennent peu à peu, et j’ai bien aimé la dernière surprise. En y repensant plus tard, je me suis demandé ce que j’emporterais dans ma propre valise… J’ai commencé un inventaire, mais c’était long… La valise serait lourde. Alors je me suis dit : est-ce bien nécessaire d’emporter quelque chose pour aller nulle part?

01.06.13 @ 00:29 Répondre à ce commentaire


Formulaire en cours de chargement...

« LE PREMIERMADE IN CHINA »
© coye29.com 2008 ---->
Articles RSSCommentaires RSS Se connecter