Commentaires:

Commentaire de: Jeanluc Lonza [Visiteur]

Dire que les électeurs ont fait place nette; certainement pas. La dictature patronale est plus que jamais en place.
les têtes changent mais le pouvoir est toujours plus que jamais aux mains de la cariatide.
Le cac40 peut dormir tranquille mais pas nos arbres dans la foret. On les entend trembler.Eux les arbres ils entendent déjà le bruit des bottes et de la tronçonneuse.
51% D’ABSTENTION (au niveau national)en dit long sur le rejet, l’effondrement du système politique. Et le pire reste a venir.

15.06.17 @ 13:44
Commentaire de: [Membre]

Quand les hommes politiques cherchent des voix… où vont-ils ?

A la brocante
Guidé par François Deshayes, entre poussettes, portants, vélos et souvenirs de famille, Eric Woerth arpente la rue d’Hérivaux et serre des mains. On immortalise le moment. La photo sera de grande utilité pour illustrer le tract du maire que les Coyens trouveront plus tard dans leur boite aux lettres.

Au Domaine des Trois Châteaux
Mercredi matin, le personnel des Trois Châteaux et des mères de jeunes internes manifestent devant l’entrée du Domaine. Depuis plusieurs mois, familles, enseignants et éducateurs savent que la fermeture est décidée par la mairie de Paris. Notre maire est présent et exprime son impuissance. Eric Woerth a été appelé en renfort : il connaît bien, dit-il, Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education national, alors…! Chacun s’en retourne, le problème reste entier, des licenciements imminents, des enfants éparpillés et rendus à leurs familles. A elles de se débrouiller.

Au supermarché de Lamorlaye!
Mercredi après-midi, Eric Woerth est au rayon légumes. Pas pour des achats, car il n’a ni sac ni caddy. Juste pour serrer des mains et « lutter contre l’abstention », dit-il. Une cohorte l’accompagne, une bonne quarantaine de supporters parmi lesquels… une conseillère régionale, le président du conseil départemental, un conseiller municipal de Coye, des journalistes, des photographes, des caméras… Et François Baroin ! Il y a vraiment péril en la demeure. Après avoir soutenu Nicolas Sarkozy pendant les primaires de droite, le chef de file des LR a suivi François Fillon au Trocadéro, puis il a espéré un « covoiturage » avec Emmanuel Macron. En vain. Le voici donc dans un supermarché de village, au secours d’Eric Woerth bousculé par la jeune Stéphanie Lozano.

Dans nos boîtes à lettres et à la gare
Alerte ! SOS ! L’empire LR est menacé dans la 4° circonscription ! Notre maire part à l’assaut, tracte à la gare et distribue sa lettre aux Coyens dans toutes les boites. Le danger est à nos portes, l’aire cantilienne aurait une députée socialiste ! L’infamie, quoi. Alors on en appelle aux « valeurs » de la droite et du centre : le TRAVAIL et la FAMILLE. Parce que, comme chacun sait, les électeurs de gauche n’aiment ni le travail ni la famille. Pour un peu François Deshayes nous chanterait l’amour de la PATRIE. Pour faire venir à lui le Front National, il ajoute le couplet sur « les flux migratoires ». Ca, c’est sûr, les 18% de FN apprécieront.

Dans notre messagerie électronique
« Faire circuler sans modération » nous écrit ce matin Martine Riou, conseillère municipale. Qui ne lésine pas sur le champ lexical de la notoriété pour défendre son candidat : influence, réseaux, relais, expérience, envergure locale, interlocuteur crédible, maillon essentiel, le plus haut niveau. La rédactrice/conseillère n’a pas compris que c’est justement parce que l’électeur ne veut plus des hommes politiques qui ont des réseaux, des connaissances et des ficelles à force de garder leurs sièges de maires, de députés, de sénateurs pendant vingt et trente ans… A ce train, l’électeur, les bras lui en tombent, il n’a même plus envie de voter, ou bien il se dit qu’avec une nouvelle figure, qui semble honorable jusqu’à ce jour, il va respirer un peu et voir l’horizon se dégager.
Ah ! Stéphanie Lozano, Martine ne la ménage pas. Enfin, comment peut-on avoir confiance dans quelqu’un qui n’a même pas pignon sur rue senlisienne et cantilienne ? Qui n’a même pas de permanence ? Rendez-vous compte, elle se « balade à travers champs dans un camping-car » ! On est chez Maupassant là, dans la cour de ferme entre la mare et le fumier ! Et la référence ultime, c’est Facebook ! On passe du roman du XIXe au numérique : la candidate n’aurait que 113 soutiens, tandis que l’homme politique chevronné en compterait 13 000. On en est là ? A compter le nombre de pouces levés sur les réseaux sociaux ? Comme les ados qui comptent combien ils ont d’amis virtuels ?
Décidément les LR vivent l’enfer.

16.06.17 @ 12:27
Commentaire de: Françoise [Visiteur]

Sérieusement, je pensais m’abstenir. Mais tous ces coups de boutoir vont me pousser à voter. Pas forcément dans le sens de ceux qui se démènent tant.

16.06.17 @ 14:57
Commentaire de: CHEVILLARD Patrick [Visiteur]

“du picataine au musilier farin", tout le monde s’agite sur le bateau LR

17.06.17 @ 12:12
« Eric Woerth élu de justesseProjet Oise Habitat : La première pierre »
© coye29.com 2008 ---->
Articles RSSCommentaires RSS Se connecter