Commentaires:

Commentaire de: [Membre]

Abattons, abattons !
À bas les feuillages
Qu’il faut balayer !
Tronçonnons les troncs,
Sonnons les matines
Des arbres qu’on assassine !
Là un arbre, là cent et
Là des millions.
Humilions, bafouons
Les détecteurs de mensonges
D’une nuit d’été !
En pleine canicule,
Sans cas de conscience
Ni culpabilité,
Scions, scions, scions du bois
La nature nous le rendra !
Abattons, abattons !
À bas les ombres !
Dés-ombrons,
Inexorablement sombrons !

31.07.19 @ 09:35 Répondre à ce commentaire
Commentaire de: Marie Louise [Membre]

Au moment où la SNCF procédait à un élagage/abattage à Orry la ville,à Saint Cyr l’école,près de Versailles,on élaguait “carrément",les mercredi 24 et jeudi 25 juillet,aux pires heures de la canicule.

Arrivée sur place le lundi,dans le quartier où habite ma petite fille,j’avais dû garer ma voiture en plein soleil dans une artère implacablement brûlante. Mais je remarquai bientôt que l’ombre régnait sur une petite rue voisine plantée d’érables. J’y installai aussitôt ma voiture et pus profiter de cet îlot de fraîcheur en marchant un moment sans suffoquer, abritée du soleil par de généreux feuillages.
Hélas je découvris ensuite que les troncs des arbres étaient placardés d’affiches qui priaient les automobilistes de se garer ailleurs les deux prochains jours “pour cause d’élagage".
Je me suis pliée à l’injonction bien sûr… et, à regret,j’ai déplacé ma voiture.
Le lendemain mercredi, je revins voir dans l’après-midi si l’élagage avait bien lieu. Hélas, oui! Les trottoirs étaient jonchés de branches et de feuilles. Un carnage. Hissés vers les hauteurs, des ouvriers armés de tronçonneuses tailladaient et massacraient mes érables. La température était de 38°.
Au soir,sur un côté de la rue tous les arbres avaient leur coupe au carré. L’élagage avait consisté à trancher les branches au cordeau de façon que pas la moindre feuille ne depasse les lignes de rectangles parfaits. Et le jeudi quand la température atteignit 40°,les ouvriers revinrent et firent subir le même sort aux érables de l’autre trottoir.
L’ombre avait diminué de moitié dans la rue, maintenant amputée de ce qui avait fait son charme,sa fraîcheur, son agrément.
J’étais effarée. Qui avait bien pu donner un ordre aussi stupide ? Qui avait eu l’idée de transformer le feuillage touffu et harmonieux de l’érable en une sorte de chapeau haut de forme? Qui avait pu ignorer que l’élagage de cet arbre doit être fait à la fin de l’automne,voire en hiver,et décider que les ouvriers s’y emploieraient au plus fort d’une canicule annoncée?

Il s’est donc trouvé aussi bien à Orry-la-ville qu’à Saint-Cyr des décideurs irresponsables pour saccager des arbres en plein été caniculaire.Toute la France ne parlait depuis des jours que de l’extrême chaleur et de tous les moyens à employer pour s’en préserver.
Eh bien,à Orry la ville et à Saint Cyr,on ne le savait pas.

04.08.19 @ 00:53 Répondre à ce commentaire


Formulaire en cours de chargement...

Les foules hurlent. Les gens se taisent. »
© coye29.com 2008 ---->
Articles RSSCommentaires RSS Se connecter