Commentaires:

Commentaire de: Antoine Szpirglas [Visiteur]

Olivier
ma mère est en EHPAD depuis 4 ans. Ton point de vue contient une part de vérité incontestable. Mais tu ne dis pas un mot sur les cas où les familles sont contraintes de placer une personne dans un contexte de santé ne permettant pas de la garder à la maison. PAD signifie Personne Agée Dépendante, cette dépendance peut imposer une médicalisation permanente qu’on ne trouve qu’en EHPAD. Je remercie les structures d’exister, et les soignants qui y accomplissent un travail de dingue en gardant la plupart du temps le sourire.

29.10.17 @ 18:54
Commentaire de: [Membre]

La réaction d’Antoine rejoint ma première réaction spontanée à la lecture de la tribune d’Olivier ; c’est un sujet qui forcément nous tracasse tous.

J’entends de la détresse, autant du côté des pensionnaires qui parfois sont effectivement abandonné/es des leurs, que du côté des familles qui parfois n’ont pas la possibilité de faire autrement et s’en trouvent à la fois désespérées et culpabilisées.

Et parfois aussi, c’est un choix de la part de la personne elle-même (vieille ou handicapée).

C’est pourquoi il est impossible de généraliser… même si je comprends les propos d’Olivier, et si je comprends que telle ou telle situation précise puisse provoquer ce coup de gueule.

29.10.17 @ 19:13
Commentaire de: Françoise [Visiteur]

Quelle est l’alternative ?
Pour les plus pauvres, la personne reste à la maison, probablement pas plus écoutée et dépourvue de soins.
Pour les plus riches, un.e garde-malade permanent.e à domicile mais pas forcément davantage d’égards et de respect.
Entre les deux, c’est le placement depuis que cette possibilité existe. Signe de l’égoïsme ambiant ? Peut-être.
Quand le moment sera venu pour moi, s’il me reste un peu de lucidité, c’est la solution que je choisirai. En espérant ne pas me sentir trahie.

30.10.17 @ 11:09
Commentaire de: Françoise [Visiteur]  

Les EHPAD cachent une autre détresse, moins profonde mais réelle : celle du personnel que l’on contraint à faire du travail à la chaîne pour un salaire dérisoire. Ce n’est pas ainsi que les aides soignant·e·s envisageaient leur métier. Et les personnes dépendantes seraient plus dignement traitées si le personnel l’était également.
Mais dans notre monde, la misère des uns fait toujours la richesse de quelqu’un d’autre, en l’occurrence celle des société Orpean et Korian qui investissent massivement dans ce secteur générateur de profits maximisés.

17.03.18 @ 12:05
« On a un urgent besoin d'espoirLes trois châteaux : une nouvelle vie »
© coye29.com 2008 ---->
Articles RSSCommentaires RSS Se connecter