Commentaires:

Commentaire de: Jacqueline Chevallier [Membre]

Parlant du troisième personnage, celui prénommé Philippe, l’auteur de l’article, Philippe Bouvier, demande : “Victime du management de la terreur?” et répond sans ambiguïté : “Même pas. Sa gamine n’avait pas voulu lui parler alors il s’est passé la corde au cou.”
Plutôt que “même pas", je crois qu’il serait plus juste de dire “Pas uniquement".
Un certain nombre d’entreprises ont défrayé la chronique en raison du nombre des suicides constatés parmi leurs employés. Généralement elles essaient de dégager leur responsabilité et se défendent en mettant ces actes de désespoir sur le dos de difficultés personnelles d’ordre privé. Or il ne faut pas inverser cause et conséquence : c’est souvent le surmenage, le stress, la dévalorisation, la perte de l’estime de soi et la dépression qui en résulte, en un mot c’est souvent le harcèlement moral subi au travail qui provoque des problèmes personnels, notamment conjugaux, ce qui entraîne ensuite dans une spirale de négativité où causes et conséquences se renforcent mutuellement jusqu’à toucher le fond. Alors il reste deux possibilités : ou bien la démission, souvent accompagnée d’un divorce, le chômage et parfois la rue, ou bien, effectivement, la corde au cou, la défenestration, l’immolation… le suicide qui est un geste de désespoir mais souvent aussi, par la forme qu’il prend, un acte d’accusation.

30.05.13 @ 16:23 Répondre à ce commentaire


Formulaire en cours de chargement...

« DES POISSONS DANS LES ARBRESÀ MON ÂGE, JE ME CACHE ENCORE POUR FUMER »
© coye29.com 2008 ---->
Articles RSSCommentaires RSS Se connecter